Téléphones antibactériens en avant-garde

La plupart des téléphones de bureau développés par le fournisseur d’appareils IP haut de gamme Snom ces dernières années offrent des surfaces antibactériennes en plus de nombreuses autres fonctionnalités. Le fabricant explique en trois points pourquoi il en est ainsi et aborde d’autres questions connexes.

Ce n’est pas seulement à cause du COVID que de nombreuses personnes s’interrogent sur la durée de vie des germes sur les surfaces des appareils et sur la meilleure façon d’y remédier. Le terme « germes » comprend non seulement les virus, mais aussi les bactéries, les champignons et autres microbes. Alors que certains sont complètement inoffensifs, d’autres peuvent causer des maladies significatives. Les chances de survie d’un germe dépendent largement du type d’espèce, de la surface où il est présent et d’autres facteurs tels que la température ambiante ou le rayonnement solaire. Les poignées de porte et tous les types de garde-corps sont de parfaits transmetteurs. Mais de tous les types de surfaces, nos mains sont la raison des taux de transmission élevés. En comparaison, un clavier téléphonique est en fait tout à fait inoffensif, n’est-ce pas ?

Contact continu

Dès 2007, une étude de l’Université de l’Arizona a confirmé que les téléphones de bureau contiennent 25 127 microbes par centimètre carré, soit 400 fois plus qu’un siège de toilette moyen. Rien d’étonnant à cela, puisque dans les lieux particulièrement fréquentés tels que les halls d’accueil, les bureaux temporaires ou les réceptions d’hôtels, les clients et les employés sont constamment en contact avec diverses surfaces, qu’il s’agisse de poignées de portes, d’interrupteurs, de comptoirs, de claviers, de téléphones, etc.

 « Quelle que soit la qualité d’une équipe de nettoyage, il est difficile de se débarrasser de tous les germes existants. Le personnel de nettoyage est généralement invité à ne pas toucher les téléphones et les ordinateurs afin d’exclure les défauts techniques causés par une manipulation inappropriée. Notre plastique facilite les choses de façon efficace », explique Felix Glowatzka, chef de produit chez Snom, commentant la décision d’utiliser des surfaces antibactériennes pour les derniers téléphones de bureau et la nouvelle gamme de téléphones pour l’industrie hôtelière.

Plastique antibactérien

Que signifie « boîtier antibactérien » ? Chez Snom, l’agent antibactérien inorganique Zeomic® est ajouté au plastique utilisé pour fabriquer les téléphones. Il est à base d’argent et d’autres ions qui empêchent la prolifération et la propagation de bactéries, de moisissures et de champignons. En utilisant une technique spéciale développée avec la nanotechnologie, les ions sont ajoutés au plastique. Il en résulte une substance active stable qui conserve son efficacité pendant toute la durée de vie des téléphones, ce qui, dans le cas des appareils Snom, est particulièrement durable.

L’utilisation de Zeomic® a été approuvée par la Food and Drug Administration (FDA), l’Environmental Protection Agency (EPA) et la National Sanitation Foundation (NSF) dans une vaste gamme de produits, comme les machines à laver, les emballages alimentaires et les jouets. Selon les études, cette substance active protège par exemple contre la bactérie Escherichia coli et contre le Staphylococcus aureus à hauteur de 99 %,. Elle est classée comme sûre et n’irrite pas la peau. Pour Snom, ce sont des raisons suffisantes pour utiliser cette substance.

Critères de contrôle encore plus stricts

D’autre part, le téléphone sans fil DECT M90 de Snom, conçu pour l’industrie alimentaire, les laboratoires pharmaceutiques/chimiques et les établissements de santé, est soumis à la norme ISO 22196 (2e édition), qui est encore plus stricte. Celle-ci spécifie une procédure normalisée pour l’évaluation de l’effet antiseptique des plastiques et autres surfaces non poreuses de produits (y compris les produits intermédiaires) traités antibactériens et utilisés dans des conditions propices à la prolifération des germes.

« Nous effectuons régulièrement ces analyses et certifions les valeurs mesurées afin de garantir une protection maximale pour l’utilisation dans des environnements aussi sensibles », ajoute Glowatzka.

Bien sûr, il existe mille autres sources d’infections bactériennes ou virales par contact ou par pulvérisation, mais au moins un des éléments clés est bien adapté à ce besoin accru de sécurité : les téléphones de bureau Snom avec surface antibactérienne.

En relation avec cet article

Derniers articles

Ça pourrait vous interesser